News

Grande campagne de sensibilisation du gouvernement

Publié le :

Alt à la prostitution des ETUDIANTS !

 

Dans la continuité du colloque qui s’est tenu le 9 février dernier à l’Université de Liège relatif à la prostitution étudiante , les Ministres,  Madame Isabelle Simonis et Monsieur Jean-Claude Marcourt , ont décidé de poursuivre leur objectif à travers une grande campagne de sensibilisation dans les Hautes Ecoles et Universités francophones afin de conscientiser la population étudiante sur les dangers de la prostitution en termes d’intégrité physique et psychique. Cette campagne , essentiellement déclinée aux travers d'affiches et de la création un site web : « stopprostitutionetudiante.be »,  veut également proposer des alternatives à cette pratique ( qui doit être dénoncée ) en dirigeant les étudiants vers différents services d’aides et de soutien en matière financière, sociale ou encore médicale.

 

Des sites qui sont illicites 

C’est principalement par le biais de sites et d’applications de rencontres que les étudiantes et étudiants entrent en contact avec de potentiels clients, généralement aisés et plus âgés.

Ces sites, qui contournent les prescrits légaux, utilisent un vocabulaire calculé, glamour, matérialiste et attrayant pour capter leur public cible mais ils restent bel et bien trompeurs sur leurs intentions. En effet, ils mettent en relation des jeunes femmes et hommes (sugar babies), avec des personnes plus âgées et fortunées (sugar daddies, sugar mommies) dans le but de négocier les termes d'une relation établie sur des cadeaux, de l’argent, des services ou encore des voyages, toujours en contrepartie de faveurs sexuelles.

Ce genre de sites s’apparente à de l’incitation à la débauche et à de la prostitution ! 

 

Une activité  vraiment risquée

Même si certaines étudiantes et étudiants relativisent parfois la « gravité » de la pratique et souhaitent qu’elle ne perdure pas au-delà de leurs études, cette dernière n’en demeure pas moins sans risques :


• Cette activité peut entraîner un décrochage dans la poursuite des études.


• La prostitution est souvent dangereuse puisque la majorité des personnes prostituées reconnaissent avoir connu des violences sexuelles dans le cadre de leur activité (viol, maltraitances, etc.)

• Les étudiantes et étudiants peuvent se retrouver très « isolés » dans leur activité prostitutionnelle. En général, par gêne, crainte de jugement ou encore par peur que cela nuise à leur réussite académique, elles se murent dans le silence au risque d’en souffrir.


• Une présence sur ces sites de prostitution étudiante, où les annonces sont énormément visitées par les potentiels clients, peut aussi laisser des empreintes en ligne et engendrer, à long terme, des conséquences néfastes sur la vie professionnelle et privée.

 

Des aides existent :  http://bb601ea3ee.testurl.ws/aides/